Skip directly to content

Le Projet

"Farafina Dambé" ou "L'élégance Utile"

« Goïta » a délibérément opté pour une démarche militante au profit d’un projet ambitieux « Farafina dambé » (la «Quintessence de l’Afrique») qui a pour objet, la valorisation d’une des matières premières du Mali, le coton, communément appelé « l’or blanc du Mali » dont il est l’un des premiers producteurs en Afrique et qui est sa deuxième source de revenus après l’or.

Grâce au «Tout Fait au Mali » («TFM»), en anglais «All Made in Mali» (« AMM »), «GOÏTA » veut révolutionner l’approche de la couture par la formation.

 

 

 

Sa démarche s'inscrit dans une tripe dimension :

culturelle, économique et citoyenne.

 

1. culturelle, elle vise :

  • la valorisation du patrimoine vestimentaire en le mettant au goût du jour,
  • l'incitation à donner plus de place à ce patrimoine dans nos habitudes vestimentaires,
  • l'adaptation judicieuse d'autres styles d'habillement à nos réalités,
  • l'ouverture intélligente de ce patrimoine au monde.
     

2. économique, elle vise à :

  • Promouvoir le coton et notamment le coton bio du Mali l'utilisant presqu'exclusivement à travers le "bougouni" (bande de coton tissé en damier bleu/blanc, très symbolique au Mali) associé à la "cotonnade unie" ou "cotonnade faso kanu" (appellation "Goïta") ou à d'autres cotonnades tissées comme le "koba", le "niaga", le "bogolan", le "tashidoni" etc ...

 

  • donner aux créations en coton une véritable valeur ajoutée leur permettant de soutenir la concurrence avec n'importe quel produit similaire importé,
     
  • envisager une production de grande consommation grâce à des relais comme le recours (très répandu au Mali) aux uniformes en diverses occasions (baptêmes, mariages, fêtes réligieuses ou associatives etc...) ou des secteurs grands consommateurs d'habillement collectif comme les écoles, la santé, l'hôtellerie, les agences de communication, la police, la gendarmerie, le milieu sportif etc... 

 

  • créer des emplois en optant pour une fabrication sur place.

 

3. citoyenne, elle vise à :

  • mettre son savoir, ses talents et ses compétences au service d'un travail de fond sur la couture au Mali qui doit aboutir sur la création d'un véritable centre de formation et de d'apprentissage de couture.
  • montrer aux jeunes que l'immigration au péril de sa vie n'est pas préférable à l'effort consenti  pour créer, développer à partir de ce qu'on a sur place !

 

Une véritable valeur ajoutée aux créations en coton du Mali